aller à la navigation

Fiche Dinosaure 23 : L’abelisaurus juin 17 2017

Infos : , ajouter un commentaire

Nom : Abelisaure

Signification : Reptile d’Abel

Poids : 1,5 tonnes

Epoque : Crétacé 72-68 MA

Répartition : Argentine

Régime alimentaire : Carnivore

Taille : 6,5 m de long, 3 m de haut

On ne connaît aujourd’hui de l’Abelisaure qu’un seul fossile : un crâne, découvert en 1980, mais les savants ont quand même réussi à reconstituer le corps de ce dinosaure. Plus long qu’un crocodile et aussi lourd qu’un rhinocéros, l’Abelisaure était un parfait carnivore : ses deux pattes arrière musclées lui permettaient de se déplacer rapidement, en de courtes accélérations brutales. Comme chez le Tyrannosaure, ses pattes avant étaient petites et fixées haut sur le corps ; ses mains griffues lui servaient à s’agripper et à déchirer la chair de sa proie. L’Abelisaure avait un crâne allégé par un espace vide au-dessus des mâchoires, ce qui lui permettait de tourner la tête plus facilement. Il pouvait donc planter ses dents tranchantes comme des couteaux dans sa proie et renverser la tête en arrière pour déchirer la chair.Il n’existe qu’une seule espèce pour ce genre : Abelisaure comahuensis.

ee9eac9b64_50080027_abelisaurus.jpg

Fiche Dinosaure 22 : Le Coelurus juin 6 2017

Infos : , ajouter un commentaire

Nom : Coelurus

Signification : A queue creuse

Taille : 2 mètres de long

Poids : 15 à 30 kilogrammes

Groupe : Théropodes

Famille : Coeluridés

Epoque : Jurassique supérieur (156-137 ma)

Régime alimentaire : Carnivore

Répartition : Etats-Unis (Wyoming)

Le cœlurus était un dinosaure coeluridé du Jurassique tardif. Certains scientifiques le considéraient comme étant un seul et même animal que Ornitholestes, mais de nouvelles études (Carpenter et al., 2005) démontrent qu’il s’agit plutôt de deux espèces fort différentes. Le cœlurus a des proportions corporelles plus fines que celles de l’ornitholestes, avec des vertèbres allongées et creuses (d’où son nom). Il fut découvert en 1879 dans la formation Morrison du Wyoming, aux États-Unis et fut décrit par Othniel Charles Marsh.

coelurus.jpg

Du nouveau ! juillet 13 2015

Infos : , ajouter un commentaire

Bonjour à tous !

Le blog prend un nouveau départ et va maintenant se consacrer uniquement à l’univers des dinosaures. En espérant que cela vous plaira. Je vous ferai découvrir fréquemment des dinosaures avec la suite des Fiches Dinosaure, ainsi que l’actualité sur des découvertes et des hypothèses sur leur disparition …

Un grand merci à tous car le blog a été visité plus de 16 000 fois !!

Fiche Dinosaure 21 : Le Séismosaure septembre 12 2014

Infos : , ajouter un commentaire

Signification : Dinosaure tremblement de terre

Poids : 30 tonnes

Epoque : Jurassique 146 à 135 MA

Répartition : Etats-Unis (Nouveau Mexique)

Régime alimentaire : Herbivore

Taille : 40 à 50 m de long

Son nom est lié à sa découverte. En effet, le seismosaurus a été découvert à l’aide d’une technique basée sur la création (à partir de la surface) et la propagation de vibrations dans le sol. La propagation de cette vibration permet alors d’identifier et d’imager des sols et roches de densités différentes. Cette méthode permet donc de localiser et d’identifier la forme des ossements fossilisés. Les fossiles du seismosaurus sont parmi les premiers à avoir été découverts par cette technique. Du museau à la queue, Seismosaurus avait une longueur estimée de 40 mètres (52m maximum) pour 8m de haut, en faisant l’un des plus longs dinosaures. La plus grande partie de sa longueur était occupée par son cou et par sa queue, son corps en forme de tonneau était relativement court. La colonne vertébrale était maintenue, sur toute la longueur, par des tendons ossifiés, comme des haubans soutenant un pont. Seismosaurus était herbivore et apparenté au Diplodocus (beaucoup de scientifiques pensent qu’ils étaient du même genre). Comme d’autres diplodocidés, il avait les narines au sommet du crâne, et ses pattes antérieures étaient légèrement plus courtes que les postérieures.

seismosaure.jpg

Costa Rica: les animaux exotiques de compagnie, une passion dangereuse septembre 4 2014

Infos : , ajouter un commentaire

Avoir chez soi un singe capucin, un toucan ou un iguane: c’est la passion de nombreux habitants au Costa Rica, mais elle met en danger la survie de ces espèces, selon une spécialiste interrogée à l’occasion du premier congrès dédié à cette question.

«Nous n’avons pas de chiffres précis, mais nous savons que le problème est de grande ampleur, car selon une étude du ministère de l’Environnement, 25% des foyers ont comme animal domestique une perruche, ce qui représente déjà près de 400.000» oiseaux exotiques détenus en maison, explique à l’AFP la militante Andrea Aguilar, du refuge pour animaux Instituto Asis.

Pour analyser l’impact de ce phénomène et chercher des solutions, des représentants d’une quarantaine d’organisations non gouvernementales, institutions publiques et professionnelles sont réunis jusqu’à samedi au Costa Rica pour le premier congrès sur le sauvetage et la libération de la faune sauvage.

Le petit pays d’Amérique centrale est un pionnier dans la région en termes de protection de la faune sauvage, ayant notamment interdit toute chasse sportive il y a moins de deux ans.

Mais le refuge d’Instituto Asis, à La Fortuna de San Carlos (nord), recueille régulièrement des animaux malades ou blessés, ayant été renversés, agressés, électrocutés ou plus simplement… gardés comme animaux domestiques.

Après avoir été soignés, ils sont généralement relâchés dans la nature.

«La loi au Costa Rica interdit d’avoir des espèces sauvages comme animaux domestiques, mais ça ne suffit parce qu’il y a une habitude bien ancrée, les gens n’ont pas conscience que les animaux sauvages ne sont pas et ne peuvent pas être des animaux domestiques», souligne Andrea Aguilar.

Qu’est-ce qui pousse quelqu’un à prendre chez soi un singe capucin, un iguane ou un oiseau exotique ? Dans certains cas, c’est la beauté de l’animal, mais cela peut être aussi la volonté de divertir les enfants, ou la recherche d’un prestige social.

- Un singe agressif -

Le problème de fond est que ces personnes savent très peu de choses sur ce genre d’animaux : ils ne connaissent ni leur alimentation, ni leur rythme de vie, ni les changements de comportement qu’ils peuvent manifester.

«Une famille s’amourache d’un singe capucin bébé, parce qu’il est très drôle et affectueux, mais quand ce singe atteint les deux ans, sa conduite changera, il deviendra agressif, il mordra et il tirera les cheveux des gens», cite Andrea Aguilar comme exemple.

«Alors, il deviendra un problème à la maison.»

Et ces animaux sauvages, quand ils sont «adoptés», représentent aussi un danger pour leurs nouveaux «maîtres», car ils peuvent être porteurs de bactéries ou de virus.

Le résultat, bien souvent, est que l’animal est maltraité, voire sacrifié. Dans le meilleur des cas, il atterrit dans un refuge.

Mais à ce moment-là, il est très difficile de le rendre à son environnement naturel, car il aura du mal à se faire accepter par une communauté de son espèce et pour lui aussi, ce sera dur de s’adapter.

Cette pratique menace la survie de nombreuses espèces, mais ce n’est pas la seule : le congrès organisé au Costa Rica aborde d’autres dangers, comme le trafic international, une activité qui rapporte 20 milliards de dollars par an (environ 15 milliards d’euros).

Autre menace, la chasse illégale, qui s’ajoute aux accidents fréquents d’animaux qui sont renversés sur les routes ou électrocutés quand ils se déplacent le long de l’éclairage public, comme le font par exemple les paresseux.

Le congrès veut inciter le gouvernement à renforcer les programmes d’éducation environnementale, destinés tant aux habitants du pays qu’aux touristes étrangers de passage.

«Il est important de faire comprendre aux gens que les animaux sauvages doivent vivre dans la nature, parce qu’ils ont des besoins différents de ceux des animaux domestiques», insiste Andrea Aguilar.bebe-singe-capucin-de-3-mois-kwap8b6fp.jpg

12000 visites septembre 4 2014

Infos : , ajouter un commentaire

Depuis plus de 6 mois nous sommes inactifs et nous nous en excusons. Nous avons grâce à vous franchi le cap des 12 000 visites ! C’est exceptionnel !

Bientôt des nouveaux articles !

La rédaction

7000 visites du blog !!! janvier 25 2014

Infos : , ajouter un commentaire

Merci a tous de nous suivre pour certain depuis le début et pour les autre de nous avoir rejoints aussi vite. Nous sommes sincèrement désolés de ne pas avoir pu écrire d’article depuis un bon moment, mais nous allons nous reprendre et en réécrire de nouveaux. Encore merci a tous ceux qui viennent continuellement.

7000-w1.jpg

6000 visites !! décembre 17 2013

Infos : , ajouter un commentaire

6000 visites !

merci beaucoup et continuez à regarder les articles

6000.jpg

D’importantes réserves d’eau douce sous les fonds marins du globe décembre 11 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Sydney - Les réserves hydriques contenues sous les fonds marins représentent cinq fois le volume des lacs d’eau douce de la planète, une manne potentiellement vitale pour les générations futures, ont indiqué jeudi des chercheurs australiens.

Les réserves d’eau faiblement salée présentes au-delà des fonds marins sur les socles continentaux de l’Australie, de la Chine, de l’Amérique du Nord et de l’Afrique du Sud s’élèvent à 500.000 kilomètres cube, selon Vincent Post de l’université australienne Flinders.

C’est «cent fois le volume extrait des réserves souterraines au cours du siècle passé», a-t-il précisé.

Ces résultats publiés dans la revue Nature ont été obtenus en compilant les données hydriques recueillies dans le cadre d’activités d’exploration pétrolière.

Une personne sur trois vit dans un pays connaissant un stress hydrique modéré ou grave, et près de la moitié de la population du globe pourrait souffrir de pénuries d’eau d’ici à 2030, selon l’ONU qui estime que la demande sera alors de 40% supérieure à l’offre.

article_0996193e08d95505aa0f962209070085d09dbfaf.jpg

Fiche Dinosaure 20 : L’Erectopus novembre 30 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Nom : Erectopus

Signification : Pied droit

Poids : 200 kg

Epoque : Crétacé 95 MA

Répartition : Europe et Afrique

Régime alimentaire : Carnivore

Taille : 3 m de long,  1,3 m de haut

Erectopus était un petit carnivore qui vivait en Europe et en Afrique du Nord principalement. Naturellement, un petit dinosaure a en faites le poids d’un grand lion! Il avait un bon nombre de dents pointues pour déchiqueter la chair de ses proies, peu d’informations sont disponibles au sujet de ce dinosaure car seul quelques os ont été trouvés. D’abord identifié en 1876 comme une espèce de Mégalosaure, il a été reclassifié comme un nouveau genre en 1923. Ce dinosaure semble montrer quelques dispositifs non trouvés sur n’importe quel autre théropode, y compris le placement du crâne .

eretopus.jpg

 


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 73 articles | blog Gratuit | Abus?